Уверенность: почему научиться любить меня было настоящим испытанием.

Un article personnel où il est question d’amour de soi, de moi, de nous. 

Aujourd’hui, c’est un article un peu spécial dans lequel je délivre une partie de ma vie. J’avais publié cet article en 2016 et ressentais le besoin d’y revenir et de le partager à nouveau avec toi.

J’ai déjà parlé de mon parcours quant à ma perte de poids et ma transformation en 2014. C’était les débuts de Fit Your Dreams et je n’ai pas voulu toucher à cet article – qui ne touche que la surface d’un problème bien plus profond. Je n’y avais pas abordé un point essentiel. J’y parlais de mon déclic et de ma perte de poids mais je n’avais pas vraiment abordé l’origine du problème: le manque de confiance en moi.

En effet, en 2014, je n’avais ni l’expérience ni le recul que j’ai aujourd’hui. Je n’avais pas non plus mon regard de Coach de vie (et même de Personal trainer).
En 2016, j’avais déjà commencé ma nouvelle aventure de Coach sportif, y revenir et ré-éditer cet article a donc été une expérience super intéressante.

Tout a commencé dès l’adolescence

Il y a maintenant 17 ans, j’étais une collégienne qui se cherchait. J’étais une « tête » comme on dit. J’adorais apprendre… autant que rire – et ça devait déranger.

Prise pour cible, une bande de filles a été impitoyable avec moi : je les avais surnommé les « 3 M ». Elles me harcelaient en me laissant des mots humiliants sur mon blog de l’époque. J’avais également mon sacro-saint agenda (que l’on se faisait passé dans les rangs à l’époque pour que nos amies nous écrivent, tu te souviens ?) Elles me l’ont volé et saccagé de mots tous plus horribles les uns que les autres. Ce n’était que le début, chaque jour je retrouvais des mots dans mon sac de cours et sur ma messagerie vocale…

« T’es moche !!! »« Trop laide !!! »« Personne ne t’aime. »« Tu ne sers à rien. ». On m’avait appris que « L’ignorance est le meilleur des mépris. » Donc, je les ignorais. Je ne voulais pas me laisser avoir. De toute façon « c’était pas grand chose », c’est ce que je me disais.

J’ai pourtant fini par les croire.

Quand on a 13 ans, ça ne pardonne pas. Tellement de choses se jouent à ce moment là. J’ai perdu absolument toute confiance en moi.

Mes notes ont baissé, mes sourires se faisaient de plus en plus rares, je me renfermais sur moi-même. Moi qui suis un pitre depuis petite, cela a alerté mes parents. Ils ont rapidement réagi dès qu’ils ont su mais le mal était déjà fait. Les mots de ces filles étaient devenus miens et résonnaient dans ma tête.

C’est mon histoire. Peut-être qu’elle ressemble à la tienne ? Nous sommes beaucoup à être passées par là… Peut-être qu’elle te parait dérisoire, au contraire ? Mais elle a pourtant eu de terribles conséquences. Je ne m’aimais plus.

Ne pas croire en soi, détester son corps… mais ne pas le montrer. Seulement l’écrire. C’est ce que je faisais régulièrement dans les pages de mon journal intime. Aujourd’hui quand je relis ces pages, c’est avec effroi. J’étais si dur envers moi-même. J’étais devenue pire que les « 3 M » : ma pire ennemie.

Avoir confiance en soi et s’aimer est pourtant essentiel pour être épanouie.

Es-tu toi aussi ta pire ennemie ?

Peux-tu prendre quelques secondes et penser aux pensées qui te viennent quand tu te regardes dans le miroir ?

Ok, maintenant que c’est fait. Est-ce que tu aimerais que la personne que tu aimes le plus au monde pense des choses pareilles ? La réponse est non, je le sais car ton coeur est rempli d’amour. En plus c’était une question piège. Tu dois être la personne que tu aimes le plus sur cette planète. Tu vas passer ta vie avec toi-même, dans ce corps que tu repousses de toutes tes forces. Alors cesse de t’infliger ce calvaire au quotidien. Je le connais trop bien et je sais à quel point ça peut faire mal.

La vie est courte. Je l’ai compris par la perte d’êtres chères à mon coeur parti(e)s bien trop jeunes…

Il est si important de se rendre compte que l’on n’a pas tout notre temps pour commencer à vivre et non plus seulement exister.

TU n’as pas tout ton temps. Arrête de remettre au lendemain cette chose si essentielle : l’amour de toi-même. Et ne culpabilise pas en pensant que c’est égoïste ou narcissique. Self-love is not selfish!

confiance-en-soi-fit-your-dreams-leona

Comment vois-tu ta vie ?

Que veux-tu que l’on retienne de toi ? Que tu es une personne qui croque la vie à pleine dent et qui inspire le bonheur ? Ou une personne qui discrète qui n’ose pas s’exprimer car elle ne croit pas en elle, qui n’ose pas se baigner pour ne pas montrer son corps, qui ne veut pas aller dans des soirées parce qu’elle a peur qu’on la trouve moche ou inintéressante.

Qu’aimerais-tu ressentir sur ton lit de mort ? – je sais, ça peut paraître morbide mais cette question provoque l’effet totalement inverse ! Souhaites-tu avoir des regrets ? Le regret de ne pas avoir accompli tes projets et tes rêves car tu n’as jamais cru en toi et que tu avais peur d’échouer ? Veux-tu culpabiliser à l’idée d’avoir maltraité ton corps durant toute ta vie ? Car il est bien question de maltraitance quand on pense à tous ces mots terribles que l’on s’inflige, à tout ce que l’on s’empêche de vivre pour extraire notre corps du regard des autres.

Il est donc temps de changer. Célébre le fait d’être là, à cet instant présent ma Beautiful. Souris. (Vas-y souris, personne ne te regarde. Je ne plaisante pas. Souriiiiiis.) Et dis-toi une chose, personne, même pas toi-même, n’a le droit de te dire que tu n’es pas assez bien ou que vous ne sers à rien. PERSONNE ! Parce que c’est FAUX ! 

Aime-toi ! Un point c’est tout.

Tu n’es pas parfaite ? Et alors ?! On s’en fouuuuuut, QUI L’EST ? Je ne le suis pas, ta voisine ne l’est pas, personne ne l’est et heureusement ! La perfection, c’est l’ennui assuré. Promis, j’ai essayé. On essaie que tout soit bien carré, parfaitement comme il faut et au final rien ne se passe car ça n’existe pas. L’imperfection par contre, c’est le challenge et la surprise. Beaucoup plus fun !

Quand on s’assume, la vie est différente et je ne souhaite qu’une chose ! Que tu aies cet état d’esprit.

Ça ne vient pas tout seul, je suis la première à le savoir. Il faut y travailler au quotidien mais tu dois commencer dès aujourd’hui. Si tu n’aimes pas ton corps, est-ce que tu te dis « Ok Leona, d’accord mais j’ai encore quelques kilos et que ce sera bon. Bientôt… » 

J’ai une question à te poser. Vouloir perdre du poids est très louable si tu se rends compte que tu as a une mauvaise hygiène de vie et que ta santé (ou ton quotidien du moins) commencent à en pâtir, mais pour qui veux-tu perdre ces kilos réellement ? 

La seule réponse correcte est la suivante : POUR TOI !

Pas pour plaire à certains hommes qui bavent devant des photos photoshopées, pas pour plaire à ta mère tyrannique, pas pour ton patron, ni même pour tes enfants mais pour TOI et là ce sera une aventure formidable. Plaire aux autres peut être un bonus mais tu te rendras compte que si tu fais ça pour toi, tu oublieras le regard des autres.

Ou peut-être que tu ne te trouves pas assez intéressante et que tu te dis « Après telle formation ou après avoir lu tel bouquin, je serai prête à apprendre à m’aimer. »

Encore une fois, pourquoi attendre ? Qu’est ce qui te fait penser que tu n’es pas assez intéressante ?

Je suis consciente qu’en lisant ces lignes, certaines vont se dire que c’est plus facile à dire qu’à faire et j’en suis consciente car je suis passée par là. Et j’ai encore des moments de rechute… Je ne suis pas parfaite et je reste un être sensible. Par contre, cela fait des années que je travaille dessus, je sais donc rapidement me remettre dans une dynamique positive (et depuis mes études de Coach de vie, j’ai de nouveaux outils précieux qui m’aident toujours plus.)

Autre question : Pourquoi penses-tu que tu ne mérites pas de t’aimer ?

Le piège de la comparaison

Je tenais à parler d’Instagram et du piège dans lequel il peut être facile de tomber : la comparaison !

Tu suis très certainement des femmes qui t’inspirent. Il y a des jours où elles te donnent la patate et te font rêver car tu veux être « comme elles ». Puis d’autres jours où tu vas te comparer et être démoralisée.

Un conseil, admire les personnes pour ce qu’elles ont accompli dans la vraie vie, pas pour l’image qu’elles représentent ! 

Ne te compare plus. Ou si tu souhaites te comparer, fais le avec la personne que tu étais il y a un an, un mois ou une semaine.

Enfin, sache que l’image que l’on a de notre corps peut être erronée. Notre perception de nous même se nourrit de notre expérience et de nos émotions. Nous sommes donc bien souvent en décalage avec l’image réelle de notre corps ! Cela ne t’est-il jamais arrivé de voir une photo de toi et de te dire que tu es bien dessus alors qu’à l’époque quand tu te regardais dans un miroir tu te sentais mal dans ta peau ? La preuve que l’esprit peut jouer des tours et modifier la perception de la réalité. Sois donc vigilente et cesse de te regarder avec les sourcils froncés à l’affut du moindre bout de gras qui dépasse. Ce gras fait partie de la femme exceptionnelle que tu es.

Sois actrice de ta vie.

Pour te réconcilier avec toi-même et apprendre à t’aimer, il est donc primordial que tu (re)connectes ton corps, tes émotions et ton esprit. S’aimer ce n’est pas uniquement une question de physique, c’est avant tout être en accord avec soi-même.

Fais ce que tu aimes, lance-toi de nouveaux défis et découvre la personne extraordinaire que tu es ! Le reste viendra tout seul ! Promis ! C’est ce que j’ai fait et aujourd’hui je vis une vie que j’aime avec un grand A dans un corps que j’apprends à aimer chaque jour toujours plus et c’est tellement bon.

Apprendre à s’aimer est un challenge pour la majorité des femmes de notre société actuelle. Et nous avons toutes des histoires différentes. Quelle est la tienne ? Où en es-tu dans ton rapport à ton corps et ta confiance en toi ? J’espère que lire mon parcours t’aura inspirée à commencer à t’aimer dès maintenant.